Le peer-to-peer fait le mur

Comment faire du peer-to-peer sans avoir à se soucier d'Hadopi ou de quelques autres "cyberflics" ?

Une idée ? L'artiste Adam Bartholl en a trouvé une. Cela s'est passé à New-York l'année dernière.

Afin d'encourager le peer-to-peer "artistique", il a décidé d'incruster 5 clés USB dans les murs de la ville, visibles et accessibles à tous. L'objectif étant que les passants puissent se connecter aux périphériques avec leur propre support et télécharger le fichier afin de le visionner gratuitement.


D'un point de vue technique, ces clés sont d'abord enveloppées d'un film imperméable puis glissées dans un mur, entre deux pierres, ou dans un simple trou. L'interstice est ensuite comblé à l'aide de ciment à prise rapide.

Ces périphériques sont appelés "dead drops" littéralement "boîte aux lettres morte" en anglais. A l'origine, les services secrets les utilisaient afin d'échanger discrètement des données sensibles. Aujourd'hui, ces boîtes sont remplacées par des clés USB. Le projet a pour but d'encourager les artistes a promouvoir leurs œuvres de façon originale, les périphériques sont installés vides afin que chacun puisse les remplir avec son propre contenu. Par prévention, Adam Bartholl a laissé un fichier expliquant qu'il n'est pas responsable du contenu déposé par les passants ni des éventuels virus ou contenus choquants  pouvant s'être incrustés dans les supports.

L'artiste encourage également d'autres personnes à suivre son initiative afin d'élargir le "réseau". On peut ainsi constater leur présence en Allemagne, en Espagne mais aussi en France comme à Lille par exemple où les clés ont été dissimulées dans plusieurs endroits de la ville. Paris, Lyon ou encore Rennes se sont également prêtés à cette nouvelle façon de communiquer.

La rue devient ainsi une nouvelle interface de partage entre utilisateurs, tout en se dispensant d'une connexion Internet. Mais avec certaines limites puisque selon l'endroit où sont placées les clés, les utilisateurs ont besoin de les localiser via leur smartphone ou leur ordinateur.

L'idée mérite d'être saluée car elle encourage le partage légal de fichiers et permet à chacun d'accéder à toutes formes de démonstrations artistiques, surprise à la clé !

De plus en plus d'artistes sont séduits par le projet et de véritables jeux de pistes se forment afin de retrouver les clés à travers la ville.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=A3pKF6gREFw[/youtube]

Alors, serez-vous aussi tentés par les dead drops ?

 

Lyon Paris Lille

Commentaires (3)

Xavier
J'apprécie beaucoup l'idée de partage et d'échange mais malheureusement il est peu probable que cela se démocratise à cause d'une minorité qui ne respectera pas ces "points d'échanges".

L'idée est louable, je plussoie nicogiraud mais il est évident que les contenus déposés ne peuvent tous être contrôlés et qu'à plus ou moins long terme, nous risquerions fort de trouver sur ces clés des contenus pouvant heurter ou choquer la sensibilité de certains.
aurore-ac
  • 2. aurore-ac | 20/06/2011
visiblement, les artistes utilisent un peu la même technique pour diffuser gratuitement et de manière inédite leurs nouvelles compositions originales. Le groupe Nine Inch Nails a plusieurs fois "oublié" des clés USB dans les toilettes de salles de concerts, tout en ayant laissé des indices sur des forums de fans pour qu'elles soient retrouvées. Visiblement, ça n'a pas plu à leur maison de disques...

http://www.suite101.fr/content/nine-inch-nails-ou-la-strategie-internet-a58
nicogiraud
"... fichier expliquant qu’il n’est pas responsable du contenu déposé par les passants..." Dommage que le monsieur n'assume pas totalement son "oeuvre" : Il eut été plus courageux et intéressant d'aller au bout de la démarche, en assumant les contenus déposés par les contributeurs. là ça n'est rien de plus qu'une vague expérience technique.

Ajouter un commentaire