Surf music... l'été dans vos oreilles!

C'est bientôt l'été! Il fait chaud, le soleil brille, les vacances approchent (pour beaucoup)... et vous, vous êtes là, coincé au bureau, derrière votre écran d'ordinateur, pâle, usé. Pour vous aider à retrouver le sourire et rendre ces longues heures de travail un peu moins pénibles, Le Mag' vous emmène surfer sur la vague rock en Californie! Montez le son, imaginez...

Une plage de sable fin, du soleil dans un ciel bleu, des palmiers, des surfeurs huilés, qui courent, planche sous le bras, et des jolies filles bronzées qui sourient et font coucou... la surf music c'est un peu comme un énorme cliché des vacances d'été idéales. Vous êtes sceptiques? Pourtant, la surf music fait partie intégrante de la culture surf aux États Unis. Ou peut être la culture surf fait elle partie intégrante de la surf music. Quoi qu'il en soit, les deux sont intimement liés. Explication.

Née en Californie à la fin des années 50, le terme "surf music" désigne à l'origine un genre de rock'n'roll instrumental léger aux sonorités hawaïennes, et donc sensé nous évoquer l'été dans tout ce qu'il a de plus paradisiaque. Le phénomène prendra de l'ampleur alors que nait le groupe Dick Dale and The Del-Tones, à qui l'on doit le très célèbre Mirsilou (1962) qu'on peut entendre dans la BO de Pulp Fiction. Très vite, d'autres groupes se forment, on pense notamment à The Challengers, The Chanteys et leur titre Pipeline (1963) - en référence au spot de surf hawaïen Banzai Pipeline - ou encore aux Surfaris avec le hit Wipe Out. Bien qu'on en soit toujours à la version instrumentale, le surf rock connait déjà un succès remarquable.

Musicalement, la surf music se caractérise par des chansons courtes et joviales, un rythme rapide (en 4/4), une guitare qui sonne plus fort que les autres et joue de la reverb' pour produire un effet "wet" (littéralement "mouillé"). Vous voyez le tableau? Hawaï, l'océan?

La deuxième vague de surf music éclabousse le monde entier avec la naissance des Beach Boys (déjà, le nom est suggestif...) et d'un nouveau style: le vocal. Et oui, comme si l'instrumental n'était pas suffisamment évocateur, on chante maintenant la vie facile des surfers en vacances. Outre le célèbre Walk Don't Run de The Ventures, on retiendra les titres Surfin'Bird des Trashmen, ou encore l'incontournable Surfin U.S.A des Beach Boys. Écoutez vous même...

C'est à partir de 1964 que la surf music commence à s'essouffler. L'arrivée, aux États Unis, du rock made in Grande Bretagne – avec des groupes comme The Beatles, The Who, ou encore The Rolling Stones – éclipse ce courant musical. Le message – vacances, soleil, fun et insouciance – ne semble pas coller avec les préoccupations de l'époque... A partir des années 70, l'influence du surf rock se fait de nouveau sentir, en particulier dans la musique punk et le psychobilly (un savant mélange de punk et de rockabilly). Finalement, le phénomène reprendra de l'ampleur début 2010 avec des petits groupes indépendants au son lo-fi, fortement inspirés de la culture glisse et des instrus d'antan. Quelques noms en vrac: The Black Lips, Wavves ou encore Tijuana Panthers (nos petits favoris!)

Il ne vous reste plus qu'à vous procurer une paire d'écouteurs et vous voila paré pour affronter la morosité du quotidien!

Crédit photo: Bad Boys of Nobadeer © Drew Ryan

Rock

Ajouter un commentaire