Au cœur de la scène techno avec Radium

Radium est une star des platines et l'un des piliers de la scène électronique française. Voilà déjà 20 ans que le DJ sillonne le monde, fait et défait les styles et les tendances. A l'occasion de la sortie de son nouvel album Excess Overdrive, le label Audiogenic organise une tournée nationale qui passera notamment par Le Double Mixte à Lyon le 25 janvier 2014. Rencontre.

Vous faites de la musique électronique, mais pas n'importe laquelle: de la frenchcore. Ce terme mérite quelques explications pour les novices…

Le terme exact de cette scène depuis le début des années 1990 est "hardcore techno", pour designer la frange la plus extrême, rapide et saturée de la techno rave. De cette scène ont éclos de nombreux courants: gabber/mainstyle, industriel, terror, etc... On a collé l’étiquette "frenchcore" à mes productions et celles d’autres artistes, au départ essentiellement français, pour designer un hardcore rapide, énergique, clair, festif, efficace et axé sur la prouesse technique et aussi plus proche musicalement de la techno tribe (techno de free party).

Selon vous, quel est le petit truc en plus de la musique techno ? Est-ce qu'elle parvient à exprimer des choses qui échappent aux autres styles ?

Bien sûr, la techno peut exprimer tout le spectre d’émotions des autres styles, mais avec une intensité unique: l’énergie du beat et la folie des sons emmènent vraiment plus loin que n’importe quel autre genre. C’est aussi un champ d’expérimentations sonores unique.

Vous avez débuté comme DJ en 1993. Qu'est-ce que vous avez retenu de ces 20 ans de carrière ? Vous avez sûrement des conseils à prodiguer aux petits jeunes.

J’en retiens énormément de plaisir. Le plaisir d'avoir fait bouger les dancefloors un peu partout dans le monde et d'avoir pu en tirer une certaine expérience de la musique. Le seul conseil que je peux donner est avant tout d’être passionné et prêt à tous les sacrifices pour son art ! Tant que l’on garde son enthousiasme, on ne peut que progresser et arriver à quelque chose. Pour ma part, je n’ai pas l’impression que ces 20 années aient entamé mon appétit et ma motivation pour la musique !

Vous êtes la star de l'événement Excess Overdrive le 25 janvier au Double Mixte à Lyon. Pouvez-vous nous parler un peu de cette soirée à venir ?

Encore un gros événement organisé par Audiogenic au Double Mixte comme les années passées: un max de kilowatts et de lights, un plateau fourni, donnant la part belle aux versus entre artistes, musicalement évolutif entre tribe et hardcore, pour 4000 happy ravers. Et tout ça pour soutenir la sortie récente de mon dernier album Excess Overdrive. Seront présents, entre autres, Mat Weasel, The Speed Freak, Sickest Squad, Nout Heretik. Que dire de plus ? Qu’on vous y attend ! Ah oui, et que ça sera mes 40 ans !

Excess Overdrive c'est aussi une tournée nationale qui passera notamment par Le Trabendo et La Laiterie à Strasbourg. Dans quelle ville française l'ambiance sera-t-elle la plus survoltée ?

Le public est d’habitude très réceptif partout. Des dates déjà passées, je retiens celles de Nancy et Marseille. Pour les soirées à venir, je sens bien celles de Caen (Le Cargo, le 18 janvier), Lyon (Le Double Mixte, le 25 janvier), Toulouse (Inox, le 8 février), et Strasbourg (La Laiterie, le 29 mars), sans être restrictif pour autant !

2013 vient de s'achever, pouvez-vous nous dresser votre Top 3 des meilleurs titres de l'année passée ? Et nous citer aussi ceux que vous n'avez plus du tout envie d'écouter…

Mon top 3 est 100% hardcore : Maissouille "Hard & Cheerful", Bit Reactors "So Good" et Randy "Bass Back". Quant aux trois que je n’ai vraiment plus envie d’entendre ? Sûrement "Get Lucky" des Daft Punk, "Gangnam Style" et tout Lady Gaga !

Concert

Ajouter un commentaire